Photographie de naissance

Photographie de naissance

 

Les miracles, ça existe… et celui-ci s’appelle Angélique

 

Quoi ? Tu as travaillé 10h en ligne… ! Enceinte jusqu’aux oreilles… Tu as terminé à 2h30 du matin !? Tu as mal à la tête, tu as faim… tes pieds sont fatigués…   Et…. Et tu souris…. Mais pourquoi donc ? Pourquoi ce sentiment de bonheur si intense qui t’envahit ? Comment peux-tu te sentir aussi heureuse et accomplie ?

 

Avez-vous déjà entendu parler de la photographie de naissance…?

 

Moi, le 18-02-2015, à 2h02 du matin, je voyais la petite Angélique prendre sa première respiration parmi nous… Pour la première fois, ses petits yeux se sont ouverts sur un monde différent de ce qu’elle connaissait jusqu’alors… Pour la première fois, ses doigts ont touché la douceur de la peau de sa maman… Pour la première fois, Angélique sentait les baisers de papa et maman directement sur sa petite tête rose…. Angélique est venue au monde, après 8 ans d’attente.

 

Ses parents, Dany et Geneviève, amoureux depuis une dizaine d’années, mariés depuis près de 5 ans n’attendaient plus qu’elle pour parfaire leur bonheur. Depuis 8 ans, les parents ont passé à travers maintes épreuves afin d’enfin pouvoir tenir leur « bébé miracle » contre eux. Passant par la stimulation ovarienne à la procréation in vitro, la chance ne leur souriait pas… pas encore. Malgré ces difficultés et ces épreuves, ils ont poursuivi leur chemin, devenant un couple encore plus solide, traversant ce désir d’avoir un enfant et cette déception de ne pas y arriver, ensemble… Au bout de 8 ans, commençant désormais à songer à l’adoption, le miracle se produisit ; un test positif. Angélique était en route.

photographe-maternité

40 semaines plus tard, me voilà, à leur coté, afin d’immortaliser l’arrivée de la belle dans notre monde. Vous ai-je déjà parlé de la douleur et de la souffrance ? De la contradiction de force et de vulnérabilité… ? De ma fierté d’être une femme… ? Lorsqu’une femme donne la vie, l’intensité que son corps y met… la capacité de laisser notre cerveau s’évader de cette douleur… tout ça tient du miracle, simplement…. ou de l’amour…  En effet, notre amour déjà inconditionnel pour cet enfant nous pousse à continuer, à poursuivre comme des acharnées, à travailler non pas contre, mais avec la douleur afin de libérer notre bébé de nos entrailles et d’enfin le tenir serré contre soi….

 

Bref, lorsque je photographie une naissance, c’est à chaque fois une mer d’émotion. Cette naissance-ci l’était encore plus vu mon état de « femme enceinte »… J’ai versé quelques larmes évidemment… de compassions pour la douleur de maman, mais aussi, de joie et de bonheur d’être un témoin privilégié de cet instant fabuleux et unique.  De l’arrivée de la belle Angélique attendue depuis si longtemps…

 

Naissance-photo

 

Félicitations aux heureux parents pour cette magnifique princesse. Et un merci spécial pour cet enfant, bébé miracle, d’offrir la chance et le privilège à Dany et Geneviève d’être enfin parents.

 

À tous les couples projetant de devenirs parents, pour tous qui s’accrochent au rêve de fonder leur propre famille, pour ceux qui essaient déjà depuis si longtemps… pour ceux qui n’y croient plus, ceux qui n’ont plus la fois et l’espoir à force d’année et d’échecs… Ayez confiance en la vie. Les miracles, ça existe… et ça l’arrive souvent lorsqu’on ne s’y attend plus…

 

Pour voir le vidéo des images, cliquez ici… et sortez vos mouchoirs !  😉

 

 

Commentaires

commentaires

Catégorie : Blog , La photographie

1 Commentaire


    • Angélique Jutras
    • février 23, 2015
    • Répondre
    • Cancel

    De toute beauté! Un souvenir qui a une valeur inestimable… Et quel magnifique prénom! Bravo aux parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et ces attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Code de sécurité * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.